Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cliquez pour Agrandir

 

Inscrivez-vous à la newsletter
pour rester informés.


 
    voyageurs connectés.

Qui ? Où ?

Qui ? Où ?

Table Des Matières

1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 12:42
Flashback.


Il est 6 heures du matin, et nous venons à l'instant de fermer le camp pour la saison des pluies.


Les adieux à la communauté de Weemol furent touchants, notamment avec la famille de Philipp et June, avec laquelle j'aurai passé beaucoup de temps. Angela pleurait, Philipp m'a pris au moins 4 ou 5 fois dans ses bras, insistant pour me revoir l'an prochain, alors que June cachait sa tristesse derrière une feinte nonchalance. Leurs bras, et les miens, sont longtemps restés levés, bien après que le Oka eut avalé le dernier virage...


Hier, nous avons tronçonné les derniers arbres attaqués par les termites et qui menaçaient de tomber sur les tentes. Vous ai-je dit que par ici, l'on compte environ une à deux termitières au mètre carré ? Et qu'elles sont capables, en une nuit, d'élever devant une tente un début de maison de 20 centimètres de haut ?

Les dernières tôles sont maintenant fixées sur chaque entrée, afin d'empêcher ânes, chevaux ou buffles de batifoler gaiement à l'intérieur.

Le container est bouclé, et nous allons nous laver dans la rivière, avant de prendre pour la dernière fois la piste en direction de Katherine, que nous devrions atteindre vers midi.


Edgar, comme à son habitude, n'a fait qu'une bouchée de cette Arnhem Road, et nous voilà tranquillement attablés autour de la piscine du Pine Creek Motel, buvant une bouteille de vin qui, après deux mois de régime sec, tape un peu la tête.

Nous nous séparons demain, François et Yohann quittant l'Australie, Édouard et moi continuant plein ouest vers la mythique Gibb River Road pour rejoindre la « Western Australia ».


10 heures du mat', les niveaux du 4x4 ok, les adieux émouvants faits, après tant de jours passés ensemble au milieu d'un grand tout au milieu de nulle part, nous attaquons la route, direction Kununurra, porte d'entrée de la Gibb River. A peine 550 kilomètres à faire, de bonne route goudronnée qui plus est.

Mais ce qui devait être du beurre pour une bagnole comme mon Pajero se révèle être du saindoux, voire de la graisse à traire...

A mi-route, après d'inquiétants bruits tactacant dans le moteur, Edgar s'arrête, le con, au bord de la route, où personne ne passe... Après un rapide check-up du moteur, plus d'huile dans le réservoir, ça craint... Comme les niveaux étaient bons ce matin, une fuite a dû se produire et là de deux choses l'une, soit je me suis arrêté à temps, soit j'ai fait 100 mètres de trop et les pistons ont défoncé le moteur...

Je retranscris ici un extrait de mon carnet de bord...


« 15 octobre, 17h50 heure NT, S15° 51' 001'' E129° 54' 336''

... Au milieu du grand rien qui sépare les villes australiennes, me voilà comme un con depuis 2 heures, à attendre un mécano qui ne viendra peut-être même pas !

Une voiture de passage a embarqué Édouard pour Kununurra, dans le Western Australia, à 160 kilomètres d'ici. Il a dû arriver là-bas vers 17h30 et sera de retour au mieux à 20h, 18h30 heure du WA car nous changeons de fuseau entre les deux états.

Espérons que ce soit un problème mineur qui puisse éviter à Edgar d'être chargé sur un plateau, ou tracté comme une vulgaire caravane...

Environ 200 mouches vrombissent autour de moi, atterrissant sur ma peau, mes yeux, mon nez, et le soleil baisse sur l'horizon. Heureusement que j'ai une quinzaine de litres d'eau. Vivement Broome et l'Océan Indien, il me tarde de revoir la mer.


18h40 : La police est venue m'aider à pousser la bagnole sur le bas-côté, le mécano ne sera pas là avant demain. Yu hav' to spent th' night her'. Super !!

Une boîte de thon et du pain. Si seulement ces putains de mouches pouvaient se calmer et me lâcher la grappe !!

Dans une heure il fera noir, il faut que je m'organise.


16 octobre, 6h30

Les mouches sont déjà à l'attaque depuis une heure. Je bois mon deuxième café dans la voiture, c'est trop insupportable dehors. Hormis les moustiques, les B52 et consorts, et la chaleur, la nuit fût bonne. »


Le camion est arrivé vers 11 heures, et nous a tracté jusque Kununurra, au garage. Verdict à suivre, et direction le camping, ou je rencontre Anthony, cueillant des mangues en attendant que les pièces pour réparer sa bagnole arrivent, et Eddy, pédalant vaillamment autour de l'Australie.

Quelle douceur, et quelle saveur, que ces mangues fraîches, justes cueillies... Une explosion de plaisirs sensuels dans la bouche !

Ce bled semble décidément porter la poisse aux automobilistes français, le garage vient de m'annoncer que le moteur est mort, défoncé par un piston... Au minimum 5000 dollars, et un mois, pour les réparations ! Et MERDE !!!

C'est trop pour mes moyens.

La casse du village me propose 500 dollars pour la voiture, même pas le prix des pneus...

Alain me la reprendra 1000 dollars pour finir, et se démerdera pour la rapatrier sur Cairns.


Il est grand temps maintenant de prendre des décisions quant à la suite de mon voyage.

Edgar (paix à son âme) ne me permettant plus de voyager en Australie, et son prix de revente espéré abolissant définitivement ma recherche de bateau Australie - Asie ainsi que la suite ferroviaire de mon périple transasiatique, je vais devoir envisager des coupes sévères dans mon voyage...

Merci à Internet qui abolit les prix et les distances !!

Un lowcost Darwin - Singapour en avion pour 30€ HT (ce sera ma seule concession, mais je n'ai pas dit mon dernier mot à ce sujet),
un train Singapour - Kuala Lumpur pour 15€ TTC,
et Sophie de Mer & Voyages qui comme à son habitude, et malgré mes demandes et modifications répétées, m'a dégoté un Kuala Lumpur - Colombo - Suez - Damiette - Rotterdam - hambourg - Le Havre pour une somme raisonnable.

On applaudit Sophie !!!

Encore 10-15 jours sur le sol australien, une petite semaine en Asie et, qui l'eût cru, pas moi en tous cas, le retour sur notre Mer Patrie...

Bon vent !

Partager cet article
Repost0

commentaires