Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cliquez pour Agrandir

 

Inscrivez-vous à la newsletter
pour rester informés.


 
    voyageurs connectés.

Qui ? Où ?

Qui ? Où ?

Table Des Matières

1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 13:00

 

Je ne pouvais décemment pas quitter l'Australie sans en avoir vu son centre rouge, région aride de déserts que surplombe cet étrange monolithe orangé, Uluru.


Après six heures de bus depuis Kununurra, trou du cul du monde entre tous, et une nuit (encore !) passée à Katherine, me voilà embarqué à bord du Ghan pour 15 heures de trajet jusqu'à Alice Springs.


Ce train mythique relie Darwin, au nord, à Adelaïde, au sud. Sa voie fut construite grâce à l'aide de chameliers afghans et de leurs bêtes, relativement bien adaptées à la rigueur du climat désertique régnant ici : brûlant le jour, glacial la nuit, et une humidité quasi-inexistante.


Le train, confortable et bien équipé, avec douches et voiture restaurant aux tarifs plus qu'abordables, a couru toute la nuit, en ligne droite vers le sud.

Somptueux coucher et lever de soleil sur ces plaines dont les couleurs, oscillant de l'orange au rouge sang, sont parsemées de spinifex et d'acacias.


Une seule « ville » entre Katherine et Alice : Tenant Creek, cité minière où l'or affleurait encore à la surface il n'y a pas si longtemps.


L'on croit aisément, au vu d'une carte, que le rocher d'Uluru, autrefois appelé Ayers Rock, est proche d'Alice Springs, mais c'est oublier qu'en Australie les distances restent assez relatives...

En effet, 700 kilomètres me séparaient encore de ce caillou onirique, et je m'embarquai donc à bord d'un autobus proposant un tour organisé de trois jours et deux nuits.


Des heures et des heures de car, sur des routes désertiques et désertées, noirs rubans se déroulant au long de ces terres si rouges....


Impressions de solitude au milieu de ces paysages infiniment répétés tant l'horizon paraît lointain, au bout de cette platitude désolée...


Mais au bout de ce périple, tels des vaisseaux spatiaux égarés ici voici des millénaires, surgirent enfin au bout de la terre Uluru et ses sœurs, les Kata Tjuta, ou Monts Olga.

Immenses icebergs rouges, ou orangés, ou violets, selon l'heure du jour, dont seules apparaissent hors du sol leurs pointes érodées par des siècles de vents sableux.

Trois ou quatre cents mètres de hauteur, trois ou quatre kilomètres sous terre.

Ce qui ne laisse d'intriguer scientifiques du monde entier...


Les Kata Tjuta, ensemble de dômes parcourus par les vents, et Uluru, monolithe uniforme, sont seuls au milieu du désert. Seules éminences à des milliers de kilomètres à la ronde.

Une de ces facéties que la Nature aime parfois à nous faire découvrir.


L'on comprend aisément que ces sites furent de tous temps sacrés pour les Aborigènes locaux, et le lieu de rites d'initiation complexes.

Qui, en effet, ne se laisserait pas transcender par la majesté de ces lieux ?

Chaque minute y paraît différente de la précédente, et l'on pourrait passer ici une vie de contemplation, magnétisé par la grandeur environnante et la sérénité que ces « cailloux » semblent dispenser autour d'eux.


Même la nuit, couché au fond de mon « swag » à la belle étoile, alors que le feu se mourrait doucement sous les traînées filantes des comètes, je pouvais ressentir (effet de mon imagination ?) l'anormalité de ces lieux uniques, intemporels, et comme jetés hors du ciel pour célébrer quelque antique culte Lovecraftien.


Il m'a été difficile de m'arracher à cette contemplation, mais le Ghan retour, ne roulant que deux fois par semaine, ne m'aurait pas attendu, lui...


Anecdote :


La Todd River d'Alice Springs, toujours à sec, est le siège annuel d'une régate de « bateaux » construits à l'aide de canettes de bières métalliques vides, où tous les participants, à l'aide de trous percés au fond, courent à pieds dans le lit de la rivière.

Cette régate a été récemment annulée, à cause d'une pluie, fait rarissime, ayant fait couler la rivière...


Sacrés Australiens !

Partager cet article
Repost0

commentaires